Les Chiens de Ruelles : le groupe folk trash qui monte !

Serial Buzzer

Les Chiens de Ruelles est un groupe de musique folk trash né en 2011. Interview d’Olivier Renaud, le chanteur du groupe !

Read Time6 Minute, 2 Second

Les Chiens de Ruelles est un groupe de musique folk trash qui est né en 2011. Suite au succès autour de leurs chansons à Montreal, au Canada, ils ont organisé une tournée des milieux underground du Québec. Influencé par des groupes comme Nirvana ou par des vieux blues, leur style musical se situe entre le folk et le trash. Découvrez-les grâce à cette interview d’Olivier Renaud, le chanteur du groupe !

Buzzmoica : Bonjour,  pouvez-vous  vous  présenter  ?  
Olivier Renaud : Salut, Olivier Renaud, chanteur du groupe Les Chiens de Ruelles et Auteur-compositeur-interprète.

Buzzmoica : Quel  est  votre  parcours  ?
Olivier Renaud :  Je dirais que mon parcours est peu banal. J’ai commencé à faire des spectacles, pour bien dire, vers 2010 à mes 30 ans. Depuis que j’ai 15 ans, je m’adonne à gratter la guitare et à composer. J’ai toujours aimé écrire, aussi loin que je me souvienne, donc aussitôt que j’ai eu l’occasion d’apprendre un accord ou deux, j’ai immédiatement commencé à composer. Malgré cette envie et ce dési, je n’ai jamais imaginé en faire une carrière donc après quelques études en art visuel je suis allé étudier en plomberie chauffage. Ce n’est que 8 ans plus tard, autour d’un feu, à l’auberge de jeunesse de Tadoussac, que j’ai rencontré des gens merveilleux, qui m’ont poussé à monter sur une scène. De fil en aiguille, il ne fallut que peu de temps pour qu’un groupe se forme et pour que ma nouvelle vie s’entame.

Buzzmoica : Pourquoi  avoir  choisi  ce  nom  de  scène?
Olivier Renaud : Errant de nature, peu enclin à suivre les conventions, bohème dans l’âme et prêt à ratisser les ruelles pour y découvrir une vie adjacente à la société qui nous est proposé, ce nom semblait bien nous collé à la peau.

Il faut savoir qu’au Québec, les ruelles, il y en a beaucoup et qu’ils ont une place privilégiée dans l’imaginaire des gens. les ruelles de Montréal, par exemple, où j’ai passé la plupart de mon enfance était mon terrain de jeu, le théâtre de nos aventures notre patinoire asphaltée où l’on jouait au hockey, où les terrain semi-gazonné se transformait en stade de baseball ou de foot et que nos hotweels et nos G.I. Joe arpentaient une jungle à découvrir. Plus tard, les ruelles devinrent nos sentiers pédestres, nos lieux de rencontre, là où la révolte commence, où les parents perdre de l’emprise, où la vie de jeune adulte commence. Le paysage en est presque pittoresque. De l’asphalte craquelé parsemez de dos d’âne, de corde à linge remplie de clôture séparant les cours, des voisins qui se parle de balcon en balcon, les poubelles faisant face à chaque adresse attendant de se faire ramasser par les éboueurs. Une vue apocalyptico-pittoresque, j’dirais.

Buzzmoica : Votre  single  est  disponible,  pouvez-vous  nous  en  dire  plus?
Olivier Renaud :  À l’instar de plusieurs de mes compositions, celle-ci ne cherche pas à tomber dans la métaphore, bien que plusieurs traits de ce cheval pourraient nous ressembler. On pourrait dire que ce cheval est un Jolly Jumper qui aurais mal viré et que je suis son Lucky Luke déchu qui subi ses débâcles.

Buzzmoica :  Envisagez-vous  une  tournée  ou  des  lives  sur  Internet?  
Olivier Renaud : Pour les lives, je dois être franc et vous avouer que ce n’est pas notre tasse de thé. Les chiens de ruelle carburent à l’énergie de la foule, plus on en reçoit, plus on en donne. Sans dire, qu’à mon avis les shows live sur Internet sont souvent drabe. Il manque d’artifice, de bonne qualité d’image, de bon son et que, d’après moi, cette expérience, qui est un spectacle, doit se vivre en foule et non dans son salon. Spécialement nos spectacles qui sont très festifs. Pour ce qui est d’une tournée, nous essayons de tout mettre en place pour aller en France l’été prochain et pour ce qui est du Québec malgré une relance très lente, beaucoup de beaux projets sont sur la table.

Buzzmoica : Quels sont les artistes qui vous inspirent et donnent envie de chanter?
Olivier Renaud : Comme plusieurs groupes de musique, nous avons assurément beaucoup de groupes qui nous ont marqué. Pour ma part, Jean Leloup, les colocs, Les Cowboys Fringants, Nirvana, Red Hot Chili Peppers, Paul Piché, Beaux Dommages, pour ne nommer que ceux-ci mais je dirais que ce qui me donne le plus envie de chanter c’est le manque, à mon avis, de bonnes chansons. On nous gave souvent de texte vide, à la même ritournelle et on omet de parler de certains sujets, par crainte de manque de popularité ou d’engagement quelconque.

Buzzmoica : Comment définiriez-vous votre univers musical?
Olivier Renaud : On se plaît à dire que l’on fait de la musique folk-trash-post-trad.

Buzzmoica : Etes-vous  auteur-compositeur-interprète  ? Et  sinon,  jouez-vous  des  instruments  de  musique?
Olivier Renaud : Je suis effectivement auteur-compositeur-interprète et je joue de la guitare (comme dit Jean Leloup) mais mon instrument de prédilection est la voix. J’aimerais quand même mentionner qu’au sein du groupe, nous sommes plusieurs auteur-compositeur-interprète, impliqué dans plusieurs projets musicaux différent. Pour le groupe les chiens de ruelles la majorité des pièces son signé par moi-même.

Buzzmoica : Avez-vous fait  des  études  précédemment  ?  Si  oui,  lesquelles?
Olivier Renaud : Comme je l’ai mentionné, j’ai fait des études en arts plastiques avant d’aller en plomberie-chauffage mais je n’ai jamais étudié la musique autre que par moi-même. Tous les membres du groupe sont autodidactes et malgré un parcours peu commun, je suis entouré de sacré bon musiciens qui n’ont pas à envier à qui que ce soit, au niveau talent.

Buzzmoica : Vos  parents  sont-ils  également  musiciens  ou  issus  de  ce  milieu  ?
Olivier Renaud : Oh que non. Je suis le mouton noir de la famille. Ma mère m’a souvent dit, à la blague, qu’elle se demandait si j’étais bien son fils, tellement ses talents musicaux sont quasi inexistants mais c’est quand même elle qui m’a fait découvrir mon amour de la musique avec c’est vieux 45 tours.

Buzzmoica : Sinon, quel est  leur  métier  ?
Olivier Renaud : Aujourd’hui à la retraite, ma mère œuvrait dans le domaine des recours collectif, au palais de justice de Montréal et pour ce qui est de mon père, rien ne mérite d’être raconté ici.

Buzzmoica : Quels  sont  vos  projets  futurs?
Olivier Renaud : De la musique, encore de la musique et toujours de la musique. J’ai aussi un projet personnel qui s’en vient. Sinon, un 5e album du groupe les chiens de ruelles et comme il est légale de rêver, nous espérons une reprise complète des activités artistiques pour recommencer à parcourir le monde.

Buzzmoica : Un  concert  en  France  de  prévu?
Olivier Renaud : Quoique non-officiel, nous prévoyons faire une tournée, l’été prochain. Je ne peux pas en dire plus pour l’instant. À suivre…

Buzzmoica : Enfin,  avez-vous  un  petit  mot  pour  nos  lecteurs  ?
Olivier Renaud : Suivez vos rêves, croyez en l’impossible, partager de bons moments avec vos amis, construisez votre future avec votre cœur et ayez confiance en vos pieds, ils vous mèneront plus souvent qu’autrement, où vous devez être. On a extrêmement hâte de vous voir.

Plus d’informations ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Next Post

Luxury Haven se retire des blogs + Hello Kitty Giveaway !

Cela peut vous surprendre, mais j’ai a décidé de quitter la scène des blogs après mûre réflexion. Même si j’aime les blogs, je suppose que 10 années géniales me suffisent. Mon parcours de blogueur a été merveilleux. Lâcher prise n’est pas facile, surtout quand j’écris depuis une bonne décennie. Cela […]